Bienvenue sur le site de la Cinémathèque régionale de Bourgogne Jean Douchet.
Fondée en 2004 par l'association Adkamera, elle œuvre depuis à
la sauvegarde et la préservation de toutes les formes de cinéma
en région Bourgogne et participe à la définition et la diffusion
de l'histoire du cinéma mondial.
Elle porte le nom du critique, enseignant et réalisateur Jean Douchet, figure internationale de la cinéphilie.

Edito de Sylvain Vereycken, Président
Guerre des exploitants à Dijon, ses dommages collatéraux

La Cinémathèque de Bourgogne - Jean Douchet participe aux Journées du Patrimoine

Programme détaillé sur l'évènement Facebook

En salles
Question de sens
Ciné club IUP Denis Diderot
Mars 2015
Urgence.
Saison 1 Épisode 1
En écoutant "Qui veut la peau de mon crew ?", NTM

Le cinéma de qualité a été balayé par un Tsunami et sa vague il y a quelques générations, et voila qu'un écho temporel tente de nous en gaver à nouveau, de la qualité. Des écrans, il y en a partout, jusque dans nos poches, et pourtant nous ne voyons pas grand chose. À Dijon, il y en a jusqu'à l'overdose gastronomique et pourtant...Les multiplexes pilonnent nos yeux à longueur d'année des produits d'une filière de distribution française à bout de souffle et dépendante d'un système hollywoodien géré par des capitaux boursiers. Les salles Art et Essai naviguent entre une obligation de diffusion imposée par une labellisation à repenser tant elle se noie sous l'impossibilité de juguler une distribution devenue folle (le temps d'exposition des films) et sa difficulté à faire entrer les nouvelles formes et les nouvelles générations d'auteurs sur ses écrans. Sur le campus, les salles pluridisciplinaires publiques de diffusion culturelle ont atteint un seuil dangereux d'utilisation du cinéma comme agrément de thématiques ou bouche trou de programmes conventionnés.Du coté des animateurs et des communicants, les programmations de genre et de "mauvais goûts" (entendre : passer un mauvais film c'est classe) agressent des villes comme Dijon où la question de la rentabilité, des bilans de fréquentation et des moments à animer sont la norme de presque tous les écrans. So Dionnet.
Le voila le vilain mot : Programmation.
Quand Canal +, en 1984, met au bout des zappettes un accès encore inédit à des programmes, il va détruire et former par la même occasion une génération de spectateurs qui n’a jamais connu les ciné-clubs, les cinémas de quartier, les pirates, les amphis, les salles des fêtes, les débats. En lui donnant la cinéphilie sans les clefs. Exit l'avant garde, le patrimoine, l'éducatif, le scientifique et tous les autres puisque ça ne fait pas partie de la chaîne.
Bienvenue dans l'ère et l'air du militantisme, du pop corn et des festivals low cost.
Écoutez n'importe quelle émission de radio du "mercredi", vous verrez bien que l'idée de se transformer en commentateur de Télé Loisirs (entendre : regardez le beau programme que MOI je vous propose) est dominante.
Dans "de l'amour" en 2001, Richet montre quatre

jeunes, deux couples, dans une file d'attente de multiplexe au moment du choix du film. Tout est là. Le rendez-vous amoureux et l'écran. Ils cherchent, ne savent pas, choisissent le film par genre. Les accès illimités, les cartes et les chaînes télé qui ne sont pas des chaînes de Cinéma ont mis le spectateur face au vide. Et quand enfin, par hasard, le public trouve un film à partager, il se sent trouveur d’or. J'ai vu, donc je sais.
Le voilà, le danger pour les écrans dans la ville, quand tout le monde se pense programmateur, parce qu'il a vu, parce qu'il pense que le cinéma se partage en agrément, et que personne ne dit comment voir, n'accompagne ou comment sont fait les films. Au bout de la non programmation, il y a la mort du spectateur. (Un peu après la mort du goût mais c'est une autre histoire). Bien sur, certains résistent.Qu'en est-il de la diffusion des films provenant des réseaux et des secteurs aussi variés que sont ceux de la production locale, régionale, nationale(s) et mondiales ?La mission d'une cinémathèque est (entre autre) de rendre accessible les mouvements du cinéma. L'écran est donc fondamental, des essais de Marey à ce que tous les créateurs penseront demain. (Rectification).La Cinémathèque Régionale de Bourgogne a pour mission de tout conserver et tout montrer. Pour sa quinzième année de programmation, après plus de 5000 œuvres projetées, nous vous proposons de repenser sur 10 séances : LE CINÉ CLUB.Outil de formation indispensable jusque dans les années 80, mort sous assauts répétés des commerciaux et des mauvais animateurs, détruit par une loi non commerciale floue et non adaptée, le terme Ciné Club est aujourd'hui vulgairement utilisé pour toutes diffusions hors des réseaux tolérés ou survivants.La programmation de cette saison est une invitation à découvrir ou repenser des œuvres d'auteurs et de collectifs pour lequel le travail de valorisation de la Cinémathèque Régionale de Bourgogne est sensible.Les séances auront lieu dans l'amphithéâtre Drouot, dans les locaux de la Faculté rue Chabot Charny à Dijon.
Nicholas Petiot
Programmateur

Nous dédions cette programmation à l'ensemble des étudiants de l'Université de Bourgogne
Promo 1997-2015 et à toutes les filles que j'ai aimé avant.
Programme de Mars 2015
Programme du 31 Mars au 16 Avril 2015
Programme d'Avril 2015
10 mar
19h00
Heart Of Darkness :
a filmmaker's Apocalypse
-
Un film d'Eleanor Coppola
Documentaire
USA, 1979
1h36
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
En février 1976, Francis Ford Coppola s'installe avec son équipe et toute sa famille aux Philippines pour tourner son huitième film, "Apocalypse Now". À sa demande, sa femme Eleanor suit avec sa caméra le tournage du film, tient un journal et enregistre leurs conversations. "Au cœur des ténèbres" est le film du film. Il évoque l'histoire d'un metteur en scène et d'une équipe confrontés à toutes sortes de problèmes qui mettront leur vie et leurs nerfs à rude épreuve.
(Voir ou revoir Apocalypse Now avant la Séance).
17 mar
19h00
Black Mirror (2 Épisodes)
-
Série Télé
Angleterre, 2012
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Saison 1, épisode 1 : L’hymne national
Réalisation : Otto Bathurst
Le Premier ministre Michael Callow se retrouve face à un dilemme énorme et choquant lorsque la princesse Susannah, un membre bien-aimé de la famille royale, est kidnappée. Pour assurer son retour en toute sécurité, le Premier ministre doit avoir des rapports sexuels avec un porc à la télévision nationale.
-
Saison 2, épisode 1 : Bientôt de retour
Réalisation : Owen Harris
Martha et Ash ont déménagé dans la maison de campagne où les parents de Ash vivaient : Ash est un grand utilisateur des réseaux sociaux, un peu trop selon sa petite amie Martha.
Ash meurt dans un accident de voiture. Aux funérailles, Martha apprend par une de ses amies qu'il est possible de rester en contact avec un défunt.
24 mar
19h00
Clip
-
Un film de Maja Milos
Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement
Avec Isidora Simijonovic, Vukasin Jasnic, Sanja Mikitisin
Serbie, 2013
1h43
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Jasna, une adolescente de 16 ans, s’ennuie dans sa petite ville en périphérie de Belgrade, entre les cours du lycée et la vie chez elle, où ses parents n’arrivent plus à dialoguer avec elle. Comme les autres jeunes de son âge, ses seules préoccupations sont de faire la fête, de rencontrer des garçons et de se filmer en permanence avec son téléphone portable. Jasna tombe folle amoureuse de Djole, un garçon de son école. Prête à tout pour lui plaire, Jasna sombre vite dans les excès de l’alcool, du sexe et de la drogue.
27 mar
19h00
Séance Brigade
-
CRDP DIJON Salle Bouchard
Programmation en cours
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Les étudiants promotion 2015 des Masters Ingénierie des Métiers de la Culture et Ingénierie de Projets interculturels et internationaux vous convient tous à une journée de réflextion et de festivités autour de l'histoire et du futur du Ciné Club Universitaire de Dijon.
31 mar
19h00
Sexe
-
Sélections de Courts métrages
Monde
Interdit aux moins de 18 ans
Programmation en cours
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
07 avr
19h00
David Cronenberg
Courts métrages
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Transfer – 1966 – 7 min
Un patient suit son analyse de manière compulsive.
-
From the drain – 1967 – 14 min
Une étrange forme de vie se cache dans les canalisations.
-
Stereo - 1969 – 35 min
Dans un institut scientifique canadien, de jeunes humains acceptent d'être les cobayes pour diverses expérimentations sexuelles.
-
The Italian Machine – 1976 – 24 min
Écrit et réalisé pour la CBC, dans le cadre de la série Teleplay, The Italian Machine est une fable, dont le personnage central est une Ducati 900SS. Le film raconte comment trois amis mordus de mécanique tentent de libérer le bolide des griffes d’un collectionneur cupide.
-
The Nest – 2014 - 9 min
Une jeune femme, le torse nu et l’air hagard, discute avec un homme, caméra grand-angle portée sur son front, qu’elle s’obstine à tenir pour un psychiatre alors qu’il se présente à elle comme le chirurgien sur le point d’opérer sur elle une ablation du sein gauche, qu’elle dit le refuge d’un nid d’insectes.
16 avr
19h00
Une histoire du cinéma Bourguignon
Partie 1
Programmation en cours
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Ici, la Cinémathèque Régionale de Bourgogne vous proposera une petite histoire Régionale à partir des fonds locaux. L'appel est également lancé à tous les spectateurs pour nous aider à identifier les lieux et personnes présentes sur les images.
21 avr
19h00
L'Unef et les frondes étudiantes
-
Un film de Jean-Michel RODRIGO et Georges TERRIER
Réalisé par Jean-Michel Rodrigo
Documentaire
France
53 min
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
Ils sont descendus les premiers dans la rue contre l’Occupant Nazi. Ils se sont opposés à la guerre d’Algérie. Ils ont battu le pavé pour mille et une justes causes. "Ils", ce sont les étudiants... 100 000 en 1945. 2 millions et demi aujourd’hui.
Au cœur de la contestation, l’UNEF, le syndicat centenaire, divisé en 1971 et qui parle à nouveau d’une seule voix depuis 2001.

+ Images et films issus des collections avec l'Université de Bourgogne pour décor.
22 avr
19h00
AFCA Séance 1
-
Tarif : 2€ (gratuit pour les adhérents)
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne invite en préambule des festivités autour de Ladislas Starewitch, l'Association Française du Cinéma D'animation.
Programmation en cours.
Cycle Dialogue[s]
Cinéma Eldorado, Dijon
Avril 2015
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne et le Cinéma Eldorado s'associent afin de proposer un cycle de rendez-vous permettant la rencontre de critiques, de grands auteurs et de spécialistes du cinéma.Il s'agit pour le public de venir échanger autour de l'actualité littéraire cinématographique, de l'actualité des restaurations et des découvertes mondiales, de l'actualité et du futur des films. De favoriser un dialogue entre créateurs, spécialistes, critiques, théoriciens, historiens et le public. C'est également le dialogue entre un cinéma d'art et essai et une Cinémathèque. Le dialogue entre les programmations. Entre l'écran et la salle.
Programme & infos ici et Dossier complet ici

Dominique Paini conclut l'exposition consacrée à Henri Langlois à la Cinémathèque Française en 2014 par un document passionnant. Une histoire du cinéma schématisée par le fondateur de la Cinémathèque Française. Sous Emile Cohl, dans une case Marionnettes, Ladislas Starewitch. Puis plus rien.Participer à la vision de Ladislas Starewitch en 2015 tient de la participation à cette écriture d'une histoire où les Œuvres de Starewitch croisent leur public et leur histoire. Jean Douchet parle de 3D en convoquant 3 Dimensions d'écritures. Le documentaire, l'animation et le film avec acteur.
Hervé Aubron, à la première vision, questionne lui le mouvement même de la démarche créatrice du cinéma d'animation. Faire vivre à partir du mort. Le mouvement et la fixité réunis pour donner à des insectes, des marionnettes, des éléments naturels si variés dans l'œuvre de Ladislas Starewitch, leur vie propre.Comment un tel déferlement de vie sur l'écran a-t-il pu être invisible aux yeux des critiques pendant des années ? Personnellement, je crois justement à la question de la filiation. Les Cahiers du Cinéma ont scindé l'histoire en deux, entre Lumière et Méliès. Starewitch a donc pâti d'être inclassable dans ce déroulé. L'occasion qui nous est donné ici, à Dijon, est de commencer nos réflexions quelques années avant et de regarder Starewitch par ce prisme. De Niepce et Marey, de l'idée au mouvement, là où la lumière se fixe et le mouvement se déploie.La Cinémathèque Régionale de Bourgogne a le plaisir de vous inviter à 10 programmes de découvertes, de réflexions et de dialogue(s) autour d'un Maître à s'approprier gustativement parlant.
Dialogue(s) Ladislas Starewitch.

Bienvenue à Tous.

Nicholas Petiot
Directeur Artistique
23 avr
09h30
Présentation / Introduction par Monsieur et Madame Martin-Starewitch
23 avr
10h00
Programme 1 [74']
Le Noël des insectes [1911, 6']
C’est Noël. Sous le sapin dressé, une poupée de porcelaine attend d’être offerte en cadeau. Le Père Noël à barbe blanche se décroche. Il réveille la poupée puis il va dans la forêt et là, prépare le Noël des insectes. De la neige il fait surgir un sapin qu'il décore de guirlandes et de boules. Surgissent alors une coccinelle, une sauterelle, toute une famille de lucanes cerfs-volants qui rejoignent la fête en faisant des galipettes...

Le Voyage vers la lune [1912, 5']
Deux hommes décident d’aller sur la lune. Habillés en explorateurs, ils montent dans un vaisseau spatial et arrivent à destination, un peu inquiets. Dans un paysage minéral surgit une végétation inattendue… Dix ans après : l’univers de L. Starewitch en écho au Voyage dans la lune de G. Méliès. Film incomplet.

La Nuit de Noël [1912, 37']
D’après Gogol. Interprètes : Ivan Mosjoukine, Lopoukine, A. Gromow, Tredenskaia

La marionnette cinématographique est en présence de l’acteur vivant dans le même cadre de l’image. La juxtaposition est obtenue par le trucage et la marionnette est animée par une série de modelages.
Le Diable, interprété par Ivan Mosjoukine et doublé par une marionnette, se trouve obligé de se cacher sur l’ordre du forgeron, de sauter dans la poche de celui-ci. De taille normale au début de la scène il se rapetisse jusqu’à une taille d’une vingtaine de centimètres, saute et se cache dans la poche du forgeron.

Fleur de fougère [1949, 25']
Scénario Wl. et Irene Starewicz, film inspiré du conte du même nom de Kraszewski.
Conte moderne inspiré d’une légende slave suivant laquelle la fougère ne fleurit que la nuit de la St Jean. Cette fleur exauce tous les vœux de celui qui parvient à la cueillir.
Le pouvoir de cette fleur est maléfique parce qu’il exclut tout partage et n’accorde qu’une jouissance égoïste.
Jeannot, le garçonnet, qui parvient à s’approprier cette fleur malgré les efforts de toute la forêt fantastiquement animée, use de son pouvoir. Ce qui pour l’enfant était imagination devient réalité.
Château, habits princiers, coursier blanc, Jeannot obtient tout ce qu’il désire ; pour se distraire il a autour de lui les personnages préférés des contes et des fables qui lui sont familiers : la Cigale et la Fourmi, le Loup et l’Agneau, le Lièvre, les Grenouilles, le Bœuf, le Corbeau et le Renard, le Chat Botté et Cendrillon…
Un geste de générosité inspiré par la pitié et la compassion le prive de tout ce que lui avait accordé le pouvoir de la fleur, sauf du cheval dont le travail permet de nourrir la famille.
23 avr
11h30
Programme 2 [72']
La cigale et la fourmi [1911, 5']
Adaptation de la fable de Krylov qui reprend Esope et La Fontaine.

Scènes amusantes de la vie des insectes [1912, 5']
Scènes de festin et de libations lors d’un mariage. Evocation des premiers films ethnographiques réalisés en 1909 à travers ces Lucanus, papillons et autres insectes anthropomorphisés.

Le Fils de Mars [1914, 9']
Farce antimilitariste qui met en scène les armées allemandes, françaises, anglaises, russes et les tourne toutes en ridicule. Ce film s’inscrit dans le contexte précis du début de ce qui va devenir la Grande Guerre. Autre titre du film « A bas le joug allemand ». Film incomplet.

Portrait [1915, 16']
D’après Gogol, film de programme. Interprètes : Gromow, Wassiliev, Artistes du Théâtre Artistique de Moscou et Lazarew.
« Déjà à l'école, j'aimais Pouchkine pour son style lumineux et Gogol pour son climat d’étrangeté. » De fait dans ce texte de Gogol le peintre Tchartkov achète un tableau représentant un portrait qui va bouleverser sa vie. Film incomplet.

Le pouvoir populaire [1917, 24']
Une manipulation tend à salir la réputation de Stepan Priajef, Président du Comité ouvrier de l’usine de Chougaev… A travers cette intrigue, il s’agit d’un film didactique visant à inciter le peuple à participer aux élections à l’assemblée constituante de novembre 1917, les premières élections libres en Russie. Film incomplet.

Nez au vent [1956, 13']
Dans la classe, Patapouf est un Ours trop sérieux : deux cancres le font punir. Plutôt que de s’ennuyer au coin, il décide de faire l’école buissonnière. Il part à la découverte du vaste monde avec ses amis musiciens ambulants, Lapin et Renard, fait de nouvelles rencontres et s’improvise magicien.
23 avr
15h00
Programme 3 [65']
Le Roman de Renard [1941]
Scénario : Ladislas et Irène Starewitch.

Ce film existe en deux versions (la version allemande « Reineke Fuchs » avec la musique de Julius Kopsch, producteur Ufa et la version française sur une musique de Vincent Scotto, producteur Roger Richebé)
Le sujet s’inspire de l’œuvre de Goethe et des fabliaux du Moyen-Age.

Ladislas et Irène aidés d'Anna Starewitch pour la fabrication des costumes ont mis 18 mois (1929-1930) à réaliser les images de ce film interprété par une centaine de marionnettes. Seul long métrage de L. Starewitch.
Au royaume des animaux, Renard le goupil a pour habitude de berner son prochain. Les doléances se multiplient auprès du roi Noble le lion, qui décide de le faire arrêter.
Finalement condamné à la pendaison, Renard fait miroiter au souverain l'existence d'un fabuleux trésor et obtient ainsi sa libération. Lorsque Noble découvre cette nouvelle supercherie, il ordonne le siège de Malpertuis, le château de Renard. Mais celui-ci l'emporte une nouvelle fois. Impressionné, le roi décide qu'il vaut mieux faire son allié de ce rebelle et le nomme ministre.
23 avr
16h15
Intervention d'Erwan Legal
23 avr
18h00
Programme 4 [65']
Les fables de Starewitch d'après La Fontaine [1922-1932]
Film d’animation composé de six courts métrages dont le scénario est inspiré de cinq fables de Jean de La Fontaine réinterprétées par Ladislas Starewitch :

- Le Lion et le moucheron
- Le Rat de ville et le rat des champs - 1926
- Les Grenouilles qui demandent un roi
- La Cigale et la fourmi - 1927
- Le Lion devenu vieux
- Comment naît et s'anime une ciné-marionnette
23 avr
20h00
Programme 5 - Animé par Hervé Aubron
Le Rat des villes et le rat des champs [1932, 13’]
"Scénario personnel. 100% d’animation. Pour la première fois je tournais mon film sur un film projeté en toile de fond."
Le rat des villes part à la campagne au volant de sa voiture. Suite à une sortie de route, il fait la connaissance du rat des champs qu'il convie à Paris pour faire la fête.

Amour blanc et noir [1923, 13’]
Un road movie dans les milieux du spectacle, en hommage au cinéma américain, avec en vedettes, Charlie Chaplin, Mary Pickford, Tom Mix, Eric Campbell, Ben Turpin. Courses poursuites, rebondissements et histoires d’amours croisées rythment la rivalité entre un Cupidon blanc et un Cupidon noir…

Les Yeux du dragon [1932, 19’]
Les petits célestes d’un vase chinois racontent l’amour entre le prince Tchao-Sin et la princesse Hajuin-Li. Mais quand s’ouvre la boite de Pandore, tout bascule…
On peut reconnaître l’acteur d’origine japonaise Sessue Hayakawa dans le rôle du Prince Tchao-Sin.

La Petite Chanteuse des rues [1924, 12’]
Une petite fille et sa mère sont chassées de leur maison par un usurier. La fillette décide de gagner de l'argent en chantant dans les rues avec son petit singe, qui décide d’aller récupérer auprès de l'usurier les documents qui lui ont permis de s'approprier la maison.

Documents d'archives de Starewitch au travail en famille.
24 avr
10h00
Programme 6 [93']
Fétiche 33-12, suivi des autres épisodes de la série [ 5 films de 1933 à 1937]

En 1933 Ladislas et Irène Starewitch ont produit et réalisé un film d’environ 1000 mètres intitulé dans un premier temps lors des travaux de laboratoire « L.S. 18 ». Sous la pression des distributeurs la longueur en a été grandement réduite, ce film est devenu Fétiche Mascotte, environ 600 mètres, distribué à partir de 1934, premier épisode d’une série.
En 1954 L . Starewitch a conçu Gueule de bois en utilisant des images de « L.S. 18 » non retenues dans Fétiche Mascotte.
Tout récemment nous avons entrepris la reconstitution du film original en partant de plusieurs copies de Fétiche Mascotte distribuées au Royaume-Uni et aux Etats-Unis d’Amérique, du négatif de Gueule de bois et des chutes conservées dans les archives de L. et I. Starewitch. En 2012 « L.S. 18 » a retrouvé sa longueur et son montage de 1933 d’où ce titre de Fétiche 33-12.
Fétiche prestidigitateur, Fétiche se marie, Fétiche en voyage de noces, Fétiche chez les sirènes.
24 avr
11h30
Conserver et restaurer Starewitch par Monsieur et Madame Martin-Starewitch
24 avr
14h00
Programme 7 [72']
La Revanche du Ciné-opérateur [1911, 9’]
Monsieur Joukov part se reposer hors de la ville et séduit une belle libellule qu’il détourne des bras de l’opérateur de cinéma. De retour en ville plus tôt que prévu, il découvre sa femme dans les bras de son amant. Une scène de ménage éclate mais les deux époux se réconcilient bien vite en allant au cinéma, où l’opérateur aigri diffuse sur grand écran l’escapade amoureuse de Monsieur Joukov.

Sashka Jockey [1917, 28’]
Film de programme. Interprètes : Jelabouski, Okuniewa, Zielinsky
Sashka est embauché dans une maison bourgeoise comme jockey ce qui attise la jalousie d’un collègue déjà en place. Il gagne des courses et devient l’amant de sa patronne. Mais quand il retrouve une jeune gitane qu’il a croisée autrefois l’hésitation s’installe... Film incomplet.

La Reine des papillons [1927, 22’]
Scénario personnel.
Avec la participation de Nina Star. Nina, touchée par la mélodie d'un violoniste aveugle, décide d’apprendre à jouer du violon. Elle sauve une petite chenille de la mort et celle-ci lui promet une récompense. Pendant son sommeil, Nina est transformée en reine des papillons et part à la découverte de la nature et de sa musique. Mais le roi des araignées décide de l'enlever, ce qui déclenche une bataille entre insectes et arachnides.

Carrousel Boréal [1958, 13’]
En même temps que l’Hiver, Neigette arrive du pays des neiges. Son traîneau la dépose près d’Ours et de Lapin. Sous l’œil amical de Bonhomme de Neige, les trois amis vont s’amuser à perdre haleine, jusqu’à l’arrivée du Printemps. Neigette devra repartir, mais aussi revenir…
24 avr
17h30
Programme 8 [76']
Le Lys de Belgique [1915, 11’]
Scénario L. Starewitch. Interprètes : Jan Wichniekski et Irène Starewitch.
Il faut voir dans Le Lys de Belgique une allégorie de l’invasion de la Belgique par les Allemands. Le lys étant la Belgique (noble et altière), les pommes de pin les voisins envahis par les hannetons allemands belliqueux et sanguinaires.
La loi du plus fort ne sera pas toujours la meilleure tant que la volonté de paix existera dans le cœur des hommes.

Kagliostro [1918, 35’]
Film de programme. Société Rous/Trofimov
Giuseppe Balsamo est intronisé franc-maçon et devient comte Kagliostro. Il utilise ses pouvoirs pour insuffler ses désirs à Lorenza… Les manipulations obscures et les mystères commencent… Film incomplet

L’Horloge magique [1928, env. 30’]
"Scénario personnel. 80% d’animation. 600 mètres. Avec la participation de Nina Star. Conte médiéval où se mêlent le rêve et la réalité."
Le savant Bombastus travaille à une horloge merveilleuse protégée par douze chevaliers. C’est l’horloge du temps.
Mais Yolande, son aide, par amour du preux Bertrand, dérègle l’horloge et arrête le temps.
Un monde étrange, drôle et fantaisiste, emprunt d’espièglerie est mis à jour...
Ondin y gouverne les eaux, Sylve gouverne la terre et les airs, tous deux rivalisent d’astuce et de talent pour que Yolande et Bertrand se retrouvent...
24 avr
19h00
Programme 9
Intervention musicale de Jacques Cambra
24 avr
21h00
Programme 10 Les Liens Starewitch : Dreyer/Starewitch. Par Jean Douchet
Vampyr [1932, 83']
Avec Maurice Schutz, Julian West, Sybille Schmitz
Allan Gray, un jeune voyageur, décide de faire un arrêt pour la nuit à l'auberge de Courtempierre. En plus des bruits et apparitions étranges, un vieil homme offre a Allan un livre sur les vampires. C'est le point de départ d'une aventure dans laquelle Allan devra déjouer les plans diaboliques d'une femme-vampire.
Archives films
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne Jean Douchet devient Associé de la FIAF (Fédération Internationale des Archives du Film).
Le travail mené par la Cinémathèque Régionale de Bourgogne Jean Douchet de collecte, de conservation, de diffusion de tous films et documents d’archives de tous types en lien avec la cinématographie trouve un aboutissement nouveau avec son adhésion en tant qu’Associé à la FIAF.
En effet, le 18 novembre à Bruxelles, après avoir soigneusement examiné le dossier présenté par la Cinémathèque Régionale de Bourgogne Jean Douchet, Le Comité Directeur de la FIAF a approuvé unanimement son admission en tant qu’Associé.
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne Jean Douchet devient ainsi la première structure bourguignonne à rejoindre cette prestigieuse fédération internationale, crée en 1938 par Henri Langlois, aux côtés de plus de 150 institutions (dont le MoMa, la Cineteca di Bologna, Gosfilmofond à Moscou - et en France, notamment, la Cinémathèque Française, l’Institut Lumière, le Centre Pompidou, le Forum des Images, la Bibliothèque nationale de France, les Archives Françaises du Film CNC, le Musée Albert-Kahn à Brest, etc.).
Elle réaffirme ainsi sa volonté européenne et internationale d’encourager la recherche et la valorisation d’un patrimoine cinématographique mondial et régional et d’ouvrir un dialogue entre le public, les créateurs de films et les institutions spécialisées sur l’histoire du cinéma, de ses débuts jusqu’à nos jours.
Vous trouverez sur le site web de la FIAF de plus amples informations au sujet des projets, publications, formations professionnelles, congrès et rencontres de la fédération : www.fiafnet.org
Le Président de la Cinémathèque Régionale de Bourgogne, Monsieur Sylvain Vereycken et le Programmateur, Monsieur Nicholas Petiot, restent également à votre entière disposition pour vous rencontrer et répondre à toutes vos questions.

(Catalogue bientôt disponible)
Projet CRAC
La Cinémathèque conserve tous les films quels que soient leurs formats, natures et provenance. Pourquoi et comment nous confier vos films ?

« Le cinéma constitue une part essentielle de notre héritage culturel et les films sont des enregistrements incomparables de notre histoire et de notre quotidien » in. Le Manifeste du 70ème Anniversaire de la FIAF

La création de cette Collection Bourgogne est une mise en pratique de cet appel de 2008 émergeant d'une volonté d'établir une cartographie de la Bourgogne à travers le temps, de son évolution, de ses changements.
Et ce, par la récolte de films amateurs qui retrouvent l'unicité et l'authenticité des œuvres d'art disparues avec la reproductibilité technique. Un film est avant tout la représentation d'un « Hic et Nunc » (d'un Ici et Maintenant) qu'elle qu'en soit son origine. Au-delà des souvenirs de famille, de vacances, il existe une autre impression constituant un morceau appartenant à une mémoire collective que la Cinémathèque de Bourgogne – Jean Douchet tente de retrouver à travers la mise en place de ce fond de films bourguignons. Chacun de ces films est donc un monument où s'est inscrit une trace, un sillon de l'histoire, le film est à la fois un témoin de l'époque de sa production mais également un représentant de manière rétroactive de l'Histoire. Le film comme discours, comme archive.

Les premiers films avaient pour sujet la famille, les scènes quotidiennes, et ainsi l'une des premières propriétés révélées du cinéma fut la documentation via la représentation du quotidien... Parce que 40 secondes d'une vue Lumière ont changé la représentation du monde et la notion du document pour l'historien.
Éditions
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne participe à la valorisation de ses collections en proposant l'édition d'ouvrages théoriques et critiques.
En collaboration avec les éditions du Murmure, La Cinémathèque de Bourgogne proposera en 2015 :
- Godfather X3 Par Jean Douchet (Études des 3 films de Francis Ford Coppola)
- Livre d'art sur Ladislas Starewitch
- Hitchcock 2015 Par Jean Douchet
- Histoire du Cinéma Bourguignon
Expositions
Le cinéma se donne aussi à voir.
À émouvoir, à se réfléchir, se donne à vivre, autour et hors des écrans ;
Matériels, équipements de tournage et de diffusion, décors, costumes, éditions d'écrits critiques et analytiques, dispositifs publicitaires et promotionnels...
Ces éléments non films accompagnent le cinéma dans son histoire.
Parler cinéma, parler, donner à voir le cinéma, ne peut se faire sans interroger ces dispositifs.
La Cinémathèque Régionale de Bourgogne « Jean Douchet » vous propose, au travers d'expositions des pièces de ses fonds, des allers et retours, des mises en abîme et autres regards croisés avec les œuvres, les auteurs, la vision, de cinéma défendus dans sa programmation, et accompagnent celle de nos partenaires...
Bibliothèque
Le goût du cinéma.
Transmettre le goût du cinéma par l'écrit, la parole, de cinéma.
Le critique de cinéma comme passeur du goût du cinéma.
La bibliothèque de la Cinémathèque Régionale de Bourgogne « Jean Douchet » propose, dans sa partie principale, en accès direct et à la demande, un fond documentaire non film, papier et audio, de travaux critiques de cinéma. Revues et ouvrages d'analyse de cinéma, enregistrements sonores de conférences publiques ou radiophoniques, avec comme point central de cette collection l'œuvre critique de Jean Douchet dont la Cinémathèque de Bourgogne détient la totalité des travaux.
Nous rejoindre
La cinémathèque est située au 24, avenue Alain Savary à Dijon (21000, France).
Plan d'accèsNous sommes ouverts de 13h à 18h les mercredis, jeudis et vendredis
et de 14h à 18h les samedis et dimanches.
Notre boîte postale est située au 30, avenue Alain Savary, 21000 Dijon - France
Vous pouvez nous appeler au +33 (0)3 45 83 15 43
Pour nous envoyer un mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nous sommes aussi sur les réseaux sociaux
FacebookTwitterTumblrPinterest